Peut-on aimer les animaux et les manger ?

De nos peluches en passant par les contes que nos parents nous lisaient quand nous étions enfants, aux personnages de nos dessins animés préférés, les animaux nous ont accompagné partout. Nous avons été bercé depuis notre plus jeune âge par leurs aventures, et ils nous ont fait sourire, pleurer et parfois même rêver. Nous les considérions alors comme nos semblables, de la même manière que n’importe quel être vivant.

Bambi et PanPan, © Disney

Dès notre plus jeune âge, nous aimons les animaux et faisons preuve de compassion à l’égard de tous les êtres vivants, c’est dans notre nature.

Imaginez un enfant dans une salle, avec seulement une pomme et un lapin près de lui. L’enfant, empli de curiosité, va naturellement commencer à jouer avec le lapin, et mettra peut-être la pomme dans sa bouche. Au fond, est-ce vraiment surprenant ? Bien sûr que non. C’est la réaction normale et naturelle qu’on attendrait de lui dans une telle situation. C’est même exactement l’inverse qui nous surprendrait. Car si votre enfant en venait à commettre l’irréparable en décidant de croquer le lapin et de jouer avec la pomme, alors vous l’emmèneriez probablement voir un psychiatre pour s’assurer qu’il va bien.

Alors que s’est-il passé en chemin ? Où est passé notre innocence, notre compassion, notre respect pour tous les êtres vivants ? Pourquoi la société nous conditionne-t-elle par la suite à aimer certains animaux mais à en manger d’autres ?

Je n’aurais jamais pu imaginer que je deviendrai végane ; d’ailleurs j’ai toujours adoré les produits laitiers et leur goût, en particulier le fromage.

J’ai pourtant eu l’occasion à plusieurs reprises de me rendre compte de cette hypocrisie qui était en moi. Car combien de fois me suis-je senti révolté en apprenant que l’Islande, la Norvège et le Japon chassent encore la baleine. En apprenant que la Chine, la Corée du sud ou encore la Suisse mangent encore de la chair de chien par tradition.

Pendant que moi, dans mon coin, incohérent avec moi-même, je continuais à manger leur chair et consommer leurs sécrétions. Mais quelle est la différence entre un chien et une vache ? Quelle est la différence entre un lapin, une baleine, un cochon, un poisson ou un oiseau ?

Tous sont des êtres sensibles, intelligents, avec leur propre caractère, qui sont capables de sentir la douleur et de ressentir des émotions. Par-dessus tout, tous, méritent de vivre. La seule différence, c’est notre perception.

J’étais complètement déconnecté de la réalité. Et comment ne pas l’être ? Je n’y pensais même pas. Comme beaucoup, je ne savais pas à quoi ressemblait l’industrie des produits laitiers, ni bien sûr celle de la viande, des oeufs, je ne connaissais rien de la réalité qui se cache derrière les belles images qu’on nous vend.

Avant de devenir végane, j’ai même pensé naïvement comme beaucoup d’autres que devenir végétarien était le mieux que je puisse faire, sans me douter qu’au-delà du fait de me donner bonne conscience, les souffrances étaient les mêmes, voire pire, aux yeux des animaux. Je n’avais aucune idée de toutes les atrocités que des êtres vivants devaient endurer pour que je puisse consommer ces produits.

Au fond, je ne savais pas grand chose de ce que je mangeais.

Je dois bien avouer que devenir végane est l’une des meilleures décisions que j’ai prise dans toute ma vie. Mon seul regret est de ne pas avoir pris conscience de cette réalité plus tôt, de ne pas l’être devenu plus tôt.

Parce que qui suis-je pour payer l’exploitation, le viol, la torture et le meurtre d’êtres vivants qui ne demandent qu’à vivre, alors que je peux simplement manger quelque chose d’autre ? Qui suis-je pour sacrifier la vie d’un être vivant pour le temps d’un repas de quelques minutes seulement, ou pour un simple morceau de fromage, aussi bon soit-il ?

Et comme si ce n’était pas suffisant, nous savons aussi que ces produits ne sont pas sains pour notre planète, et encore moins pour notre corps. Ce ne sont pas, non plus, les alternatives qui manquent. Alors pourquoi continuer à financer ces atrocités ? Rien ne justifie de telles injustices, rien ne justifie de telles souffrances.

C’est exactement pour cette raison que j’ai décidé de partager mon expérience. Pour vous faire prendre conscience de cette cruauté dont nous sommes directement responsables, et qui se cache derrière nos choix au quotidien. Pour vous donner ce déclic, pour vous aider à vous re-connecter à vos valeurs fondamentales, pour vous aider à mettre fin à cette hypocrisie. Parce que j’aurais moi aussi, souhaité le découvrir plus tôt. Parce que si j’avais su, je n’aurais jamais voulu plus faire partie de l’exploitation et du massacre de milliards d’animaux chaque année.

Nous n’avons pas besoin de continuer à faire quelque chose de cruel alors que nous n’en avons pas l’intention, simplement parce que la société nous conditionne à le faire. Nous pouvons faire le choix de la compassion plutôt que celui de la violence.

On ne peut pas aimer les animaux et les manger.

Auteur

J'ai toujours été passionné par les voyages. Aujourd'hui installé pour de bon au Japon après y avoir vécu plus de quatre ans par le passé, j'ai décidé de partager avec vous mon quotidien, mes bons plans et mes coups de cœur, mais aussi mes voyages à travers le monde en compagnie de la femme qui partage désormais ma vie.

Saisissez votre texte et appuyez sur la touche Entrée.